Tél. France 05 49 52 45 39

Sultanat d'Oman

Culture et modernité

  • Généralités

    Le Sultanat d'Oman de la péninsule arabique est riche d'un environnement naturel des plus magnifique et très varié. Les reliefs des montagnes du Hajjar creusée de sublimes wadis (rivières coulant dans des canyons). Sa côte est tourné vers l'océan Indien, avec une péninsule tout au nord, le Musandam, "les fjords d'Arabie". C’est le pays du désert : le Wahiba, situé à l'est, et le Rub Al Khali, l'un des plus grands désert du monde.

    - Dirigeant : Sa Majesté le Sultan Haitham Bin Tariq
    - Capitale : Mascate
    - Superficie : 309.500 km
    - Religion : Islam
    - L'arabe est la langue officielle
    - Monnaie : Rial omanais (OMR) (1 Omr = environ 2,40€)
  • Géographie

    Le sultanat d'Oman, situé au sud-ouest de la péninsule arabique.

    Divisé en 6 régions géographiques distinctes, le Sultanat d'Oman s'étend du détroit d'Ormuz au nord jusqu'à la frontière sud avec le Yémen dans la région de Dhofar. Du côté de la mer, l'Oman est bordé par la mer d'Oman et la mer d'Oman.

    Du côté terrestre, Oman fait face au quartier vide de l'Arabie saoudite. Le climat est typiquement chaud et sec ; l'été commence en avril et dure jusqu'en octobre, avec des températures atteignant 53 degrés Celsius dans l'intérieur d'Oman. La région de Dhofar, cependant, reçoit des précipitations plus importantes en raison de la saison des moussons entre juin et septembre.
    La plaine côtière est un sol alluvial fertile, bien arrosé par la mousson du sud-ouest. Des chaînes de montagnes boisées, culminant à environ 1 500 mètres, y forment un croissant derrière une longue et étroite plaine côtière, sur laquelle se trouve la capitale provinciale de Salālah . Derrière les montagnes, des plaines de gravier se fondent progressivement vers le nord dans le Rub al-Khali.

  • Climat & flore

    Le climat est chaud et sec à l'intérieur et chaud et humide le long de la côte. Les températures estivales dans la capitale Mascate et dans d'autres régions côtières grimpent souvent jusqu'à 43 °, avec une humidité élevée ; les hivers sont doux, avec des minimums d'environ 17 °.

    Les températures sont similaires à l'intérieur, bien qu'elles soient plus modérées à des altitudes plus élevées. Le Dhofar est dominé par la mousson d'été, ce qui rend le climat de Salalah plus tempéré que celui du nord d'Oman. Les précipitations dans tout le pays sont minimes, n'atteignant en moyenne que 100 mm par an, bien que les précipitations dans les montagnes soient plus abondantes.

    En raison des faibles précipitations, la végétation est clairsemée, sauf là où il y a l'irrigation, qui est fournie par un ancien système de canaux d'eau connu sous le nom aflāj (singulier :falaj ). Les canaux sont souvent souterrains et prennent naissance dans des puits situés près des bases des montagnes.
    Les acacias forment la majeure partie du peu de végétation naturelle qui existe et le sol est extrêmement rocheux ; les espèces végétales sont protégées dans des réserves naturelles. Le gouvernement protège également les espèces animales rares, telles que l'oryx d'Arabie, le léopard d' Arabie , la chèvre de montagne et la tortue caouanne. L'avifaune d'Oman est extraordinairement diversifiée et comprend des espèces telles que l'ibis brillant, le vautour percnoptère, le faucon de Barbarie et le cormoran de Socotra

  • Culture

    Une vie culturelle.

    Oman est une société tribale, bien que l'influence tribale diminue progressivement. Sa population majoritairement musulmane ibaḍi observe des coutumes sociales qui, bien que toujours conservatrices selon les normes occidentales, sont nettement moins strictes que celles de l' Arabie saoudite voisine. Les femmes en particulier ont joui de relativement plus de liberté à Oman qu'ailleurs dans la péninsule arabique.

    L'heure des repas est le centre de la plupart des rassemblements sociaux. Le repas typique omanais se compose de riz, d'agneau ou de poisson épicé, de dattes et de café ou de thé. L' encens , notamment l' encens , originaire d'Oman, est brûlé à la fin du repas.

    Les artisans omanais sont réputés pour la sculpture sur bois, le tissage, la poterie, l'orfèvrerie et la fabrication de poignards et d'épées. Leurs objets artisanaux font partie des nombreux objets que l'on peut trouver au souk, ou marché , de Mascate , un centre florissant de la culture populaire . Le ministère du Patrimoine national et de la Culture est chargé de préserver les bâtiments historiques, de fouiller les sites archéologiques et de soutenir l'artisanat traditionnel comme le tissage et la fabrication de bijoux en argent et en or. Il promeut également la littérature omanaise et a imprimé une encyclopédie du patrimoine omanais.

    Le musée d'Oman (fondé en 1974), situé à l'extérieur de Mascate, est le principal dépôt culturel du pays ; il relate l'histoire du pays et comprend des expositions sur l' islam . L'histoire de l'armée omanaise est au centre du Musée des Forces armées (1988). D'autres institutions incluent le Musée national (1978), le Musée d'histoire naturelle (1983), le Musée des enfants (1990) et Bait Nadir, une résidence du XVIIIe siècle reconvertie qui abrite aujourd'hui de l'art omanais et des objets traditionnels, notamment des bijoux, de l'argenterie, de la poterie et sculptures sur bois. Le Royal Oman Symphony Orchestra a été formé à la fin des années 1980 et s'est produit avec le BBC Philharmonic Orchestra ; c'est l'un des rares orchestres nationaux du Moyen-Orient .

  • Société

    Oman est gouverné par une monarchie (sultanat) avec deux organes consultatifs. Le sultan est le chef de l'État et, bien qu'il agisse également en tant que premier ministre, il peut en nommer un s'il le souhaite. Le sultan est assisté d'un Conseil des ministres (Majlis al-Wuzara), dont il nomme généralement les membres parmi les marchands de Mascate, les représentants informels des tribus de l'intérieur et les Dhofaris.

    L'Assemblée Consultative, formée par le sultan en 1981, a été remplacée en 1991 par un Conseil consultatif (Majlis al-Shura), dont les membres ont d'abord été nommés puis élus dans plusieurs dizaines de districts (wilayat) ; les femmes de quelques circonscriptions ont obtenu le droit de siéger au conseil. En 1996, le sultan a annoncé la mise en place de la Loi fondamentale de l'État, la première constitution écrite du pays, qui a défini un nouveau système de gouvernement qui comprenait une législature bicamérale, le Conseil d'Oman. En outre, il a clarifié le processus de succession et étendu le droit de servir à toutes les femmes omanaises. Le Conseil d'Oman se compose du Conseil consultatif comme chambre basse et, comme chambre haute, d'un nouveau Conseil d'État (Majlis al-Dawlah).

    Plus de la moitié de la population d'Oman est arabe . Cependant, un grand nombre d'ethnies, les Baloutches, qui ont émigré à Oman depuis l' Iran et le Pakistan au cours des derniers siècles, vivent près de la côte à Al-Baṭinah. La zone urbaine de Mascate-Maṭraḥ a longtemps abrité un nombre important de Perses ethniques et de marchands d'ascendance sud-asiatique, dont certains vivent également le long d'Al-Baṭinah. Parmi ces derniers, on peut citer les Liwatiyyah, originaires du Sindh (maintenant au Pakistan) mais vivant à Oman depuis des siècles.

    Plusieurs grands groupes arabes prédominent le long de la plaine côtière du Dhofar. Les habitants des montagnes du Dhofar sont connus sous le nom de jibalis, ou « gens des montagnes ». Ils sont ethniquement distincts des Arabes côtiers et sont considérés comme les descendants des habitants des hauts plateaux du Yémen.

    La population d'Oman est principalement urbaine (84.5%), mais compte un certain nombre de zones rurales traditionnelles (15.5%). Celles-ci sont généralement situées près des contreforts des montagnes Ḥajar, où les aflaj assurent l'irrigation. En plus des petits villages, un certain nombre de villes importantes, dont Nizw, Bahla, Izkī et Ibri, se trouvent à l'intérieur ou au sud-ouest du Hajar occidental. Environ un quart de la population vit à Al-Baṭinah. Al-Rustaq, Awabi et Nakhl sont les principales colonies du côté d'Al-Baṭinah du Hajar occidental.

    Oman a l'un des taux de natalité les plus élevés parmi les États du golfe Persique ; ce taux de natalité, combiné à un taux de mortalité relativement faible, a donné au pays un taux d'accroissement naturel bien supérieur à la moyenne mondiale. L'espérance de vie est en moyenne d'environ 75 ans.

    Oman est un pays rural et agricole, et la pêche et le commerce extérieur sont importants pour les populations côtières. Les revenus pétroliers représentent environ trois quarts des revenus du gouvernement.
    En prévision de l'épuisement des réserves pétrolières, le gouvernement a lancé en 1996 un plan pour l'ère post-pétrolière axé sur le développement des ressources en gaz naturel du pays pour alimenter l'industrie nationale et pour l'exportation sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL).